Gestionnaires : êtes-vous prêts à sortir de votre zone de confort ?

Avec la transformation numérique qui fait évoluer les organisations à la vitesse de l’éclair, il faut être plus soucieux que jamais de sortir de ses pantoufles et d’embrasser l’avenir. La clé du succès : prenez tous les moyens pour lutter constamment contre votre analphabétisme numérique.

 Le numérique, une source d’enthousiasme au travail ? Oui et non. L’humain n’est pas la bête assoiffée de nouveautés que l’on imagine souvent. « Tout le monde est théoriquement en faveur du changement, mais en pratique, il y a une résistance naturelle à la révolution numérique, à laquelle s’ajoute en ce moment une certaine fatigue due à la saturation de changements technologiques ces dernières années », explique Jean-François Bertholet, consultant en développement organisationnel chez Énergie Mobilisation.

 Commencez par la base : soyez ouverts à toutes les nouvelles façons de travailler que permettent les outils numériques, à commencer par le télétravail et par l’octroi d’une plus grande autonomie à vos employés. Autrement dit, fini, la microgestion, car elle tue l’innovation ! « Mais attention, ajoute Jean-François Bertholet, un bon patron dans l’ère du numérique sera particulièrement soucieux de trouver l’équilibre entre confiance et contrôle. Accordez votre confiance aux nomades numériques, mais faites souvent des suivis et gardez la communication ouverte. Soyez des pros du leadership à distance. Le travail doit demeurer humain même s’il est bonifié par le numérique. »

 Le temps du virtuel

Une fois cela établi, vous pouvez allez bien plus loin. Première grande règle à suivre pour sortir de vos pantoufles : prenez le temps ! Il faut apprendre à « déléguer au maximum », selon le consultant, pour passer davantage de temps à développer sa littératie numérique, en suivant des experts sur LinkedIn, en lisant des ouvrages sur le sujet et en suivant des formations.

 Le temps aura aussi l’avantage de laisser les informations se déposer en vous et de favoriser un regard critique. « C’est vraiment important de ne pas laisser l’enthousiasme prendre trop le dessus sur la circonspection nécessaire devant les nombreuses innovations à votre portée, met en garde Bertholet. Il faut favoriser les outils numériques qui seront vraiment utiles à vos équipes, être sur vos gardes par rapport au non-respect de la vie privée de vos employés que charrie parfois le numérique et l’obsession du big data. »

 Dompter les peurs

Faut-il craindre qu’à terme, le robot remplace l’homme au travail ? Comment atténuer, dans votre organisation, les peurs parfois irrationnelles que vos innovations peuvent entraîner ? Réponse facile : soyez un bon ambassadeur !

 « Si le gestionnaire sait vulgariser, par exemple les bienfaits du deep learning ou de l’intelligence artificielle, et s’il se montre transparent par rapport aux visées de l’implantation de ces technologies, il saura convaincre l’équipe que le travail humain, une fois débarrassé des tâches mécanisables, n’en sera que revalorisé. » Et hop, en route vers l’innovation !

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#